Entreprise LISANDRE rénovation/construction à Paris, Antony, Saint Cloud, Versailles... 01 47 02 14 19CONTACT

Les revêtements de sols

LES PARQUETS :

  • Le parquet stratifié: revêtement de sol composé d’un aggloméré, recouvert d’une image de bois imprimée protégée par une résine et imitant les fibres de bois du parquet traditionnel. Ce parquet est assez facile à poser, en pose flottante uniquement.
  • Le parquet contrecollé: parquet composé de 2 à 3 couches de bois différents, permettant ainsi au bois de travailler peu et donc de ne subir aucune déformation notable. Il existe 2 types de pose, la pose flottante et la pose collée.
    • Le parement, posé à la surface, est en bois noble d’un minimum d’épaisseur de 2,5mm et est donc très comparable au parquet massif. Il est quasiment impossible de voir la différence avec du parquet massif, une fois le parquet posé.
    • L’âme du parquet est une couche de bois, posée entre les 2 autres. Elle est plus souple et assure la stabilité de l’ensemble en absorbant les tensions du parquet.
    • Le contrebalancement, la partie inférieure, évite l’ondulation du sol.

Une finition vitrifiée d’usine facilite l’entretien du parquet. Le parquet contrecollé est, à long terme, moins résistant que le parquet massif, puisqu’il peut être poncé au maximum 6 fois.

  •  Le parquet massif: parquet composé d’une seule et même pièce de bois noble, soit 100% pur bois. L’épaisseur de la lame de bois est comprise entre 10 et 24mm, ce qui apporte qualité et résistance au parquet (possibilité de le rénover et même « relooker » plusieurs fois). Le parquet massif peut-être cloué sur lambourdes (à partir de 20mm d’épaisseur) ou collé (pose obligatoire si système de chauffage par le sol).

Les 3 méthodes de pose de parquet :

  • La pose clouée: pose traditionnelle des parquets massif et contrecollé, car offre de nombreux avantages, tels que l’isolation phonique, la durabilité et résistance du parquet, la possibilité d’effectuer plusieurs rénovations et la possibilité de faire passer des câbles et/ou d’installer des panneaux isolants. En revanche, cette pose est non compatible avec l’installation d’un système de chauffage au sol et elle est compliquée à réaliser sans l’aide d’un expert.
  • La pose collée: pose la plus courante pour les parquets massif et contrecollé, car la seule permettant l’installation d’un système de chauffage au sol (aucun risque de déformation des lames). De plus, cette pose permet également une grande durabilité et résistance du parquet, ainsi que la possibilité d’effectuer plusieurs rénovations, et tout cela pour un bon rapport qualité prix. Cependant, le temps de pose s’avère plus long qu’avec les 2 autres méthodes (temps de séchage de la colle de 24h minimum avant le ponçage) et il est préférable de faire appel à un professionnel pour une résultat de qualité.
  • La pose flottante: seule pose possible pour du parquet stratifié (également possible pour le contrecollé). Cette pose est la plus simple à réaliser, car elle est rapide et accessible à tous. En outre, ce type de pose nécessitant peu de matériaux (ni clous, ni colle) et le parquet en lui-même étant moins cher, cette option s’avère être la plus économique. Ceci implique évidemment, que c’est également la solution la moins résistante (meubles lourds risquent de déformer le revêtement) et durable dans le temps (nombre limité de rénovations possibles)

LES CARRELAGES :

  • La faïence: mélange d’argile (plus claire que l’argile ordinaire), de roche argilo-calcaire et de sable. On la recouvre d’abord d’un enduit à base d’étain ou de plomb (aspect esthétique blanc et brillant), puis on rajoute des décors après une pré-cuisson et avant la cuisson finale vers 1 200-1 250°C. La faïence résiste à l’usure mais reste très fragile et n’est donc posée que sur les murs. Ses dimensions varient du format mosaïque (2x2cm) au format grands carreaux (60x120cm).
  •  Le grès émaillé: mélange d’argile et autres composants (silice, quartz, sable,…). Celui-ci est recouvert d’une couche d’émail décorative qui donne un bel aspect esthétique mais le fragilise, puis il est cuit à haute température (environ 1300°C).
  •  Le grès cérame émaillé: ce type de carrelage est très proche du grès émaillé, mais plus résistant, grâce à des composants plus riches en matière. Le carreau peut être teinté dans la masse, ce qui rend la teinture du biscuit proche de celle de l’émail. Les impacts et l’usure sont moins visibles.
  •  Le grès cérame pleine masse: carreaux réalisés dans la masse, ce qui signifie que la matière de la surface est la même que sa structure. Ce type de carrelage est extrêmement résistant, car sa cuisson se fait à haute température. On installe donc ce carrelage dans les lieux à passage intense

La mosaïque n’est pas une matière mais un art décoratif dans lequel on utilise des fragments de pierre colorées, d’émail, de verre, de pierre (marbre, granito) ou encore de céramique, assemblés à l’aide de mastic ou d’enduit, pour former des motifs ou des figures.

Les 2 méthodes de pose de carrelage :

  • La pose scellée: pose traditionnelle consistant à coller les carreaux directement sur la chape sans attendre que celle-ci soit totalement sèche. Cette pose possède de nombreux avantages, tels que la pose de carreaux aux dimensions XXL et le rattrapage des différences de niveaux. En revanche, ce travail est compliqué, nécessitant l’aide d’un expert et cette méthode est fortement déconseillée sur sols chauffants.
  • La pose collée: pose la plus répandue, elle s’effectue sur une chape sèche ou un ancien carrelage. Le support doit obligatoirement être parfaitement plat, un ragréage pour l’uniformiser sera nécessaire dans le cas contraire. On étale du mortier colle à l’aide d’un peigne sur le support, puis, on pose le carreau. Les carreaux d’une dimension supérieure à 30x30cm nécessitent un double encollage, c’est-à-dire une pose de mortier colle à la fois sur le support et sur le carreau. Cette technique est plus rapide et accessible pour tous.

La pose de faïence, soit de carrelage au mur : il faut s’assurer que les murs sont solides, propres et de surface plane. Il est préférable de commencer par la pose au mur, afin d’éviter d’ébrécher le carrelage au sol, si jamais un carreau du mur tombe au miment de la pose. Une fois que chaque carreau est collé aux murs (à l’aide du mortier colle), il faut appuyer dessus et tapoter avec un maillet en caoutchouc, puis placer les croisillons qui rassemblent les carreaux dans les angles. Il faut ensuite nettoyer les carreaux avec une éponge humide pour retirer la colle, puis poser les joints.

Plusieurs styles de poses existent : la pose droite (de façon rectiligne, comme un quadrillage parallèle au mur), la pose diagonale (quadrillage avec un angle à 45 degrés par rapport au mur), la pose décalée ou pose en joint de pierre (les carreaux sont croisés, ressemble à pose de briques), la pose en pipe (4 carreaux au format plus grand viennent se placer autour d’un carreau plus petit), le multiformat (carreaux de différentes tailles), la pose à bâton rompu (pose de carreaux rectangulaires en équerre, ressemble à la pose d’un parquet), etc…

La céramique offre une fantastique gamme de possibilités, car elle parvient à imiter n’importe quelle matière. Ainsi, vous pouvez désormais poser des carreaux chez vous qui imiterons parfaitement des matières telles que la brique, le bois, la pierre lisse ou rugueuse, la mosaïque, le verre, le marbre, l’acier,…